You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.

Powder

Exhibition

I want

Karla Black

Powder Issue

Photo
Aaron Igler/​Greenhouse Media
Courtesy Galerie Gisela Capitain, Cologne

Vue de l’installation au ICA de Philadelphie, 2013

Karla Black
Texte Par Nicolas Trembley

Perfection Poudrée

Karla Black est née au début des années 70 à Alexandria dans le Dunbartonshire. Elle fait partie de cette génération issue du miracle écossais qui révéla bons nombres d’artistes de Glasgow sur la scène internationale au début du deuxième millénaire. C’est la sculpture qu’elle étudia à l’école, champ artistique auquel elle a su rester fidèle, puisque c’est bien de ce médium là et de ses limites dont son travail se fait l’écho.
Mais il s’agit ici d’une sculpture fragile, toujours au bord de l’effondrement ou du collapse. Une sculpture qui défie l’histoire du monument et qui semble se dissoudre à chaque instant. Une sculpture faite à partir de matériaux qui sont précaires, délicats et éphémères, comme le cellophane et bien sur, la poudre, qu’elle utilise dans la plupart de ses installations. Les différentes palettes de couleurs pastel auxquelles elle se restreint, sont constituées entre autres de savon, ouate de célulose, vaseline, cellophane, dentifrice, craie et gloss pour lèvres.
Ses installations sont majoritairement élaborées in situ et dialoguent avec les lieux spécifiques qui accueillent ses expositions comme à Venise lorsque Karla Black a représenté l’Ecosse à la biennale en 2011. Suspendues au plafond, affaissées contre les murs ou directement posées à même le sol, ses formes deviennent aussi bien des anti formes qui néanmoins exercent une forte présence pour le spectateur.
L’expérience est à la fois physique, immersive et étonnement puissante alors que ses constituants s’envolent au moindre souffle. L’odeur de la craie, du blush ou du fard à paupière, toutes ces poudres à travers les­ quelles le spectateur déambule, participent à ce travail qui désagrège mais renouvelle aussi le champ de la sculpture contemporaine. 


Practically in SHadow, 2013
Poudre de plâtre , peinture en poudre, mousse de résine phénolique , bombes de bain, vernis à ongles, polyéthylène , du l , du cellophane, ruban adhésif 840 x 870 x 80 cm ( éléments de polyéthylène suspendus ) 160 x 1200 x 670 cm (élément au sol)